Bigleuse @120

Depuis le début du confinement, je me cherche des « missions » d’entraide pour garder une activité sociale après l’arrêt du judo et des permanences à la Médiation, par envie de participer à l’effort collectif aussi. Je me suis inscrite à la Fabrique de la solidarité (ici) et à d’autres initiatives de la Ville mais force est de constater que ces missions ne sont pas accessibles à mon handicap visuel (à moins que ce ne soit l’inverse ; pour une fois, je veux bien y consentir).
J’ai donc opté pour une stratégie de vigilance et de solidarité locale : appel régulier à trois personnes âgées de l’immeuble et de mon entourage ; commissions pour une voisine ; cuisine partagée ; réactivité aux problèmes des uns et des autres, mes voisins, des personnes du quartier ; petits bavardages avec des personnes croisées lors des commissions et qui semblent avoir besoin de parler… des petites choses, qui me font du bien et me donnent l’impression d’en faire aussi.
Dans ce contexte, je suis allée voir une voisine que je sais intéressée par nos récents problèmes de charge (j’y reviendrai). En discutant, elle me parle de sa petite fille, qu’elle garde ; et qui, en sixième, a des soucis en français. Je lui propose mon aide ; elle note mon téléphone. Au passage, elle m’offre un masque de sa fabrication et me rappelle une semaine plus tard ; sa petite-fille est partante pour me rencontrer. C’est ainsi que j’ai fait mes premières deux heures de soutien scolaire : conseil pour la rédaction ; exercices de grammaire ; incitation à la lecture.
C’était très intéressant, et très touchant aussi. Cette voisine est une infirmière à la retraite. Elle a bien repéré mon handicap visuel. J’avais apporté le compte-fils et la tablette, au cas où. Cela a été tout à fait inutile. D’emblée, elle m’a demandé quel éclairage m’allait. Puis sa petite-fille, bien briefée, m’a proposé de lire sa dernière copie de français et les corrections plutôt que de me la donner. Et quand je lui ai suggéré d’apporter un livre la prochaine fois pour que l’on regarde comment sont faites les phrases, elle a d’emblée ajouté :
— J’en prendrai un écrit gros !
Que du bonheur !

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>