Bonheur @44

Après avoir passé plus de quinze heures par jour pendant trois semaines devant un ou deux écrans à produire des contenus pour un de mes clients, j’avoue ne plus avoir encore beaucoup de neurones disponibles pour ce billet. Dans ces cas-là, je fais toujours appel à un ami, toujours le même… Oui, vous l’avez sans doute déjà deviné, il s’agit de mon fraisier (ici).
Il a bien passé l’hiver et le voici fleuri. Manifestement, le confinement ne le gène pas et il est très arrogant avec le coronavirus. Je le soupçonne même de vouloir faire diversion pour que la chose m’évite… Quand je vous dis qu’il est précieux ce fraisier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.