Agit-prop’ @29

Dans un numéro de Cash Investigation, intitulé « Qui profite de nos impôts ? », Élise Lucet et son équipe enquêtent sur des dispositions fiscales pour étudier si elles ont permis d’atteindre leurs objectifs. Il est notamment question du CICE, le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi. Élise Lucet reçoit François Hollande pour lui parler du bilan de ce dispositif, qu’il a contribué à mettre en place. Elle lui demande s’il trouve normal que la taxe carbone, une taxe écologique, ait été utilisée pour financer le CICE, mesure visant à financer les entreprises pour financer l’emploi, mais sans obligations et sans contrôle prévu quant à l’utilisation des fonds économisés grâce à cet avantage fiscal. Ainsi une entreprise de la grande distribution aurait grâce au CICE financé des caisses automatiques, pas franchement pourvoyeuses d’emplois. D’autres ont largement augmenté la rémunération de leurs cadres que celle de leurs employés et surtout plus qu’elles n’ont recruté de nouveaux salariés.
Bref, Élise Lucet demande à François Hollande s’il lui semblait normal qu’une taxe écologique ait servi à doper la compétitivité des entreprises. Il rétorque que c’est « une bonne idée ». Pour lui, il est positif « que la nature soit la plus respectée possible et le travail le plus encouragé possible », il s’agit de « sauver la nature » et « favoriser l’emploi ». Visiblement pour lui peu importe le type d’emploi et surtout son domaine. Avec une taxe sur les énergies carbone, il est donc tout à fait possible de favoriser des entreprises participant pleinement à l’exploitation des énergies carbone, voire développant des technologiques encore plus énergivores. Quel bel enfumage !

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>