Noël @45

J’ai trouvé le 21 décembre dans la boîte normalisée de notre amicale de locataires un colis dont nous n’étions pas destinataire. Il avait le format d’un gros coussin, et sa consistance. Sur l’étiquette, je lis que le destinataire est « Kevin ». L’adresse est la bonne. Je suppose d’emblée qu’il s’agit d’un prénom. Je vérifie néanmoins dans la liste des trente-cinq locataires. Aucun Kevin. Le prénom me dit quelque chose… Reste à savoir quoi.
Je mets un mot dans l’ascenseur le dimanche (je suis là toute la journée, pour une fois), invitant toute personne dont le colis est annoncé livré par La Poste (j’avais vérifié) mais qui ne l’a pas à se présenter chez moi. Un petit défilé commence : une voisine âgée qui attend une télécommande ; une jeune fille du 2e qui espère une montre ; mon voisin du 5e qui guette une paire de chaussures. L’emballage ne correspond pas et aucun Kevin dans le lot. Je remarque le lendemain que mon mot a disparu. J’en mets un second. Nouveau défilé : la fille de madame D attend un colis Amazon et des fringues de vente privée ; une dame âgée du 2e vient me raconter moult histoires de colis perdus ; une autre dame dans l’ascenseur me demande juste si c’est moi qui ai laissé le mot. Il disparaît de nouveau.
Je décide d’appeler l’expéditeur : Hermès ; à Roubaix. Je suis surprise. Le colis ne colle pas avec l’enseigne et l’adresse d’expédition correspond à une zone commerciale bien connue pour sa VPC grand-public. Au téléphone, une dame Hermès me le confirme. Le colis ne vient pas de chez eux. J’en suis quelque peu rassurée ; je me faisais une autre idée du luxe à la française. Je cherche cette fois à partir de l’adresse. C’est celle d’un géant d’envoi de colis qui a, semble-t-il, sous-traité à La Poste ; je ramènerai donc l’objet dans mon bureau, c’est le mieux.
Entre temps, le prénom trotte dans ma tête. N’est-ce pas celui du fils aîné de ma présidente d’amicale de locataires ? Je demande à Danielle, elle ne sait pas. J’en parle à Sarah qui s’exclame « Mais c’est le fils de Muriel ! » Comment sait-elle ? Une énigme de plus. Je laisse un message à Muriel, qui ne me rappelle pas. Le lendemain, je me prépare à passer à La Poste ; elle rappelle pile avant. Oui, son fils s’appelle Kevin. Renseignement pris, un colis censé arrivé le vendredi ne l’est pas. Ils passent tous les deux le 24. Magie de Noël ! C’est bien son colis.
Au-delà du fait que le colis a trouvé son destinataire, je suis contente de cette histoire car elle dit les bonnes relations et la proximité que j’ai avec mes voisins. Cela me fait chaud au cœur.

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>