Salade @18

J’ai découvert à l’occasion de la fête de Noël un nouveau concept agro-industriel.
Mon regard a d’abord été attiré par un filet (en plastique) de citrons jaunes. Sur ce filet, il y a une grosse étiquette (elle aussi en plastique), un peu fluo, illustrée d’un verger en pleine nature surmonté d’un large ciel bleu au-dessus duquel je crois lire en gros « Zéro pesticide ». Dans le même temps, mon cerveau détecte une longueur de phrase anormale pour ces deux mots simples. Je relis : « Zéro résidu de pesticides ». Je retourne la phrase dans ma tête (oui, toujours) essayant de comprendre le concept et surtout son attrait : ce serait donc des citrons « élevés » aux pesticides (pourquoi se priver de leur impact sur la faune et la flore après tout !) mais sans résidu de ces derniers ? Sceptique sur le concept, je me dis qu’il va falloir que je m’intéresse à la question pour en savoir plus.
Cependant, mon cerveau (oui, encore) attire mon attention sur un truc en bout de phrase…. Un astérisque ! Je me dis que je vais enfin en savoir plus. Je descends donc le regard et je lis : « Dans la limite de quantification ». Autrement dit, en gros, c’est « zéro résidu de pesticides au-delà des pesticides présents ». Il fallait oser le concept mais chacun sait que ça ne fait pas peur à l’agro-industrie et la grande distribution. Ceci dit, tant que les gens achètent leurs produits, elles n’ont aucune raison de changer.

J’ajoute un lien vers un article qui résume de la façon la plus positive possible le sujet : ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.