Gamine @ 28

On va s'aimer un peu beaucoupJe regarde une série française sur le site de multidiffusions de France Télévisions dont le titre est On va s’aimer un peu beaucoup. Elle met en scène un cabinet d’avocates dont on suit les dossiers et la vie personnelle des personnages principaux. Des affaires montrent des femmes se sortir de la violence des couples.
Mais, dans le premier épisode de la première saison, au bout de treize minutes, une scène entre une femme et son compagnon : tout semble ne pas être au beau fixe dans le couple, les séquences précédentes nous l’ont montré. Voici les principaux faits et dialogues. Elle est au lit avec des dossiers. Il la rejoint et ils se disputent. Elle se couche sur le côté. Il l’embrasse dans le cou en se collant à elle « T’es fâchée ? » Elle répond « Non, non, mais j’suis crevée. » Il insiste, elle répète qu’elle est fatiguée, mais il rétorque « Et moi, j’ai très envie de ma femme. » Il la met sur le dos. Elle est un peu rigolarde. Il est au-dessus d’elle, la serre en disant « Ça va, je t’aime, c’est tout. » et l’embrasse. Elle a le temps de dire « Arrête. », il répond « Quoi arrête ? » comme un jeu. Elle répond à son baiser, souriante. Il ajoute « Tu sais bien comment me faire taire. » en la caressant. Il l’embrasse, elle l’embrasse. Fin de la scène. Cela serait-il un viol conjugal ? La femme refuse puis semble parfaitement consentante, ce serait donc une « réconciliation sur l’oreiller » ? Plus tard, le couple se marie et pour la nuit de noces, le mari dit qu’il veut « honorer sa femme » et elle lui répond dans le même ton en se déshabillant toute souriante.
Si les femmes se sentent des héroïnes fortes et la série est souvent drôle, la culpabilité et la souffrance sont une musique de fond. Tromperie et adultère sont omniprésents. Les femmes refusent ou non les avances qui leur sont faites et de nombreuses fois les hommes les retiennent physiquement, leur prenant le bras pour leur parler quand elles refusent. Un procureur envoie des textos insistant à une avocate qui ne veut pas aller plus loin qu’une relation sexuelle puis lui demande si elle va porter plainte pour harcèlement comme un défi. Un avocat ayant des relations sexuelles consenties avec une autre avocate dit qu’il ne peut pas y avoir harcèlement car il n’y a pas de lien hiérarchique entre eux (ce qui est juridiquement faux). Une femme qui ne veut pas vivre avec son amant, marié, le voit débarquer avec un costume et deux chemises car il quitte sa femme. Elle refuse sans cesse la vie à deux mais vit l’humiliation (qu’elle ressent comme telle) l’arrivée chez elle d’un huissier pour un constat d’adultère.
Bref, la série m’a semblé une étude sociologique des relations hétérosexuelles, pour le meilleur et surtout pour le pire. L’avocate finit par rejoindre chez lui le procureur insistant pour continuer leur histoire. Les hommes et les femmes qu’ils retiennent par le bras restent en couple. Qu’il est dommage que France Télévision montre une série où les femmes ont du pouvoir et sont principalement en scène avec de tels clichés où « non » et « arrête » n’empêchent en rien un homme réclamant son « devoir conjugal » d’arriver à ses fins, la femme cédant en riant.

1 commentaire pour Gamine @ 28

  • vincent

    Je ne connais pas cette série. Mais effectivement, d’après votre description, c’est plutôt … décevant.

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>