Noël @41

Je suis très déçue par mon fournisseur d’énergie. Je comptais bien avoir ma prime de Noël, comme l’année dernière où, après un prélèvement abusif suite à une erreur d’échéancier, j’avais bénéficié d’un « geste commercial » de 30 euros, mais je crains n’avoir aucun argument pour réclamer cette année alors que tout avait si bien commencé… À échéance du relevé de mon compteur, je reçois un « calendrier de paiement » (je suis mensualisée) qui porte mon échéance à 87 euros mensuels là où elle est d’ordinaire de 24,79 euros. Mon sang ne fait qu’un tour. Je me connecte à mon compte client, trifouille et trouve finalement le relevé fait qui apparaît en grisé à l’endroit où je pourrais saisir moi-même un relevé.
Je compare le chiffre avec le précédent, trouvé sur ma facture. Il fait apparaître une consommation de 2474 kW/h contre 549 kW/h les six mois précédents. Caddie se shoote au 220 en mon absence ? Il dément. J’appelle mon gardien. Il vient m’aider à faire le relevé : 51944 ; soit une consommation de 590 kW/h ; c’est plus raisonnable (même si je cherche la cause de ces 41 kW/h supplémentaires…) J’appelle ; après quelques tergiversations d’usage, ma bonne foi est reconnue et mon échéancier repasse à 25 euros. Je dois recevoir un courrier de confirmation.
J’attire l’attention de mon interlocutrice sur le fait que nous sommes le 31 octobre, et que le premier prélèvement est indiqué au 6 novembre alors que le montant de mon « chèque énergie » n’est pas épuisé. Si mon fournisseur d’électricité fait ce prélèvement, c’en est fait de lui et j’exigeais des réparations, prélever un indu étant parfaitement illégal. La dame est désorientée ; son ordinateur lui dit qu’il n’y aura pas de prélèvement ; mon échéancier dit le contraire ; et l’expérience me pousse à le croire. C’est donc sans une certaine impatience que j’attends le 6 novembre et là ; patatras ! Aucun prélèvement ! Mon fournisseur ne s’est pas mis hors la loi et je perds tout argument pour ma prime de Noël. Mais qui va payer mes chocolats ?
— Tu ferais bien d’en manger moins…
Caddie ! Ne me dis pas que tu es partie prenante à cette conjuration ?
— Va pas me traiter !
D’accord, Caddie. Mais quand même, mes chocolats

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.