Décroissance @65

J’ai entendu passer l’info selon laquelle la Française des jeux serait privatisée en novembre 2019 ; c’était à la télé, je crois, et un slogan assez tarte a attiré mon attention. Si j’avais un peu de mémoire pour cela, je m’en souviendrais ; je ne m’en souviens pas et ne l’ai pas retrouvé. Qu’importe ! Cette annonce m’a plongée des décennies en arrière, au moment de la création d’Eurotunnel.
Margaret Thatcher avait exigé qu’aucun denier public ne participe au financement du projet. Une grande souscription internationale, notamment auprès des « petits actionnaires », avait été lancée. Je n’avais jamais acheté d’action de ma vie mais j’étais fière à l’idée de participer à ce projet, symbole de la suprématie technologique de la France et pied de nez aux Anglais qui perdaient leur insularité. Tout cela peut sembler idiot aujourd’hui mais, dans les années 80, nous étions au début de l’emballement technologique (prémisses de la révolution numérique) avec l’An 2000 en point de mire que la société envisageait comme une sorte d’apogée du règne humain sur la Terre.
J’ai donc acheté, avec l’aide de mon frère, pour 100 francs d’actions qu’il a conservées pour moi. Je me voyais déjà milliardaire, fière détentrice d’une partie du capital d’un fleuron de l’industrie et de la technologie française, celle qui allait marquer à jamais le XXIe siècle. Cela vous fait rire ? Il y a de quoi, j’en conviens, mais, replacée dans son contexte, la chose n’est pas si aberrante qu’elle paraît aujourd’hui. Au début, je suivais le cours de ces actions et me suis vite rendu compte que l’arnaque était totale ! Elles ont perdu 90 % de leur valeur avant de ne plus être cotées. Deux décennies plus tard, mon frère m’a proposé de faire je ne sais plus quelle manip pour récupérer le prix d’un café ; que je lui ai offert.
Je suis assez convaincue que cette désillusion n’est pas étrangère à ma radicalisation croissante vers une rupture avec le capitalisme et la fuite en avant technologique, les deux mamelles d’une exploitation toujours plus grande des peuples et de la Terre, celle-là même qui nous mène à notre propre ruine. Je gage que les futurs « petits actionnaires » de la FDJ auront la même désillusion, non que je leur souhaite individuellement de perdre de l’argent (je les encourage plutôt à ne pas le dépenser) mais parce que je souhaite que, collectivement, nous nous donnions les moyens de cette rupture indispensable à notre survie.
Enfin, n’oublions pas que se profile la privatisation d’ADP qui elle, c’est certain, serait un désastre écologique et humain. Pour celle-là, il est encore temps d’agir. L’avez-vous fait ? C’est ici.

 

1 commentaire pour Décroissance @65

  • Emmanuel

    Souvenirs, souvenirs !

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>