Hétéronomie @28

Je suis abonnée depuis des années à Hors-Série, un site né de celui d’Arrêt sur images et qui propose des entretiens filmés. Dans l’un d’eux, intellectuellement très motivant, Judith Bernard, qui reçoit Razmig Keucheyan évoque l’hétéronomie…
Je retranscris le passage concerné et vous laisse découvrir le site, et ses extraits des entretiens, en espérant que vous y trouverez comme moi un intérêt qui vous amènera à vous abonner.
L’échange porte sur la notion d’aliénation.
« (…) sortir de nos besoins artificiels, nous arracher à nos besoins artificiels, ça nous permettrait peut-être de nous arracher à une forme de l’aliénation, et en même temps, on a toujours du mal à voir ce que c’est concrètement l’aliénation. Vous-même vous esquisser des définitions, vous ne vous ne sous-estimez pas la difficulté du terme, vous faites apparaître que l’aliénation, ça désigne en mai 68 la rupture croissante entre les bienfaits supposés du progrès et le mal-être des individus mais du coup, c’est une notion un peu vague (…) L’aliénation, ça suppose qu’il existerait un état désaliéné. Cet état est un peu introuvable. Est-ce que c’est une sorte d’état humain dans lequel il n’y a nul élément hétéronome, nulle contraindre ou nulle affection issue de l’extérieur ? Qu’est-ce que c’est un état désaliéné ? Comment on pourrait le définir en plein ? »
Je vous laisse écouter la suite. Bonne réflexion !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.