Souvenirs @14

Gros matou avec lunettes de soleilLa semaine dernière, alors que je discutais avec Cécyle (nous parlions « bit » mais ça, c’est une autre histoire ici), une remarque de Cécyle a fait écho à un de mes souvenirs d’enfance… Ce souvenir concernait un petit chat que nous avions chez mes parents lorsque j’étais enfant.
Ce petit chat un jour a disparu. Une semaine. Deux semaines… nous pensions que nous ne le reverrions plus.
Trois semaines plus tard, un soir, nous avons pourtant entendu des miaulements à la porte. Le petit chat était de retour. Il était tout maigre et surtout, il lui manquait les trois quarts d’une de ses pattes avant. A priori, il avait dû se faire prendre dans un piège (nous habitions un petit village où la pratique était fréquente) et avait finalement pu se libérer en sacrifiant sa patte.
Nous l’avons soigné et rapidement, il a repris sa vie de patachon, battant la campagne à courir la gueuse sur ses trois pattes et un quart. Il gambadait partout l’air de rien. Partout ? Non car tous les soirs, il se postait devant le frigo dans la cuisine et il se mettait à miauler comme si on lui arrachait une autre patte. Dans le même temps, il boitait à se casser la figure comme si c’était un « chat tronc ». Cependant, une fois nourri, il repartait en courant comme si de rien n’était.
Vous pensez bien que depuis, j’ai un regard très soupçonneux sur toutes les formes de handicap 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.