Souvenirs @12

J’ai croisé hier ma voisine du dessus. Il y a quelques années, j’ai eu des soucis de nuisances sonores avec elle : à n’importe quelle heure du jour et de la nuit, des bruits intempestifs ressemblant à des déplacements de meubles que l’on aurait fait glisser sur le sol se faisaient entendre. L’affaire s’était envenimée, le couple (la jeune femme vivait alors avec son ami de l’époque dans ce petit studio d’environ 35 m2) refusant d’admettre sa responsabilité et moi étant de moins en moins ouvert à l’échange et à la concertation au fur et à mesure que la situation perdurait. Bien que ce logement social ait été attribué à la jeune femme, c’était toujours monsieur qui répondait à mes plaintes ou aux courriers recommandés (quand ils allaient les chercher) ou qui venait me voir quand j’avais interpellé le gardien et le syndic…
Au bout de quelques mois la situation s’est finalement calmée. J’ai su en croisant ladite voisine dans le hall de l’immeuble peu de temps après que le couple était séparé. Elle avait même qualifié son ex de « mec aux grands pieds », expliquant ainsi le bruit dont je me plaignais. Elle m’avait alors indiqué qu’elle avait également mis des tapis partout. Le changement avait effectivement été radical. Je suis même devenu son héros après avoir recueilli une nuit l’un de ses chats qui était tombé sur mon balcon (heureusement pour l’animal, j’ai un balcon).
J’ai donc croisé cette voisine hier soir alors que je ne l’avais pas revue depuis plus d’un an. Elle était accompagnée d’une pimpante enfant qui s’est avérée sa fille. Elle doit avoir entre 2 et 3 ans et, au regard du (relatif) calme qui perdure, j’en ai conclu que le père de cette petite fille n’était pas le « mec aux grands pieds ». Je croise les doigts (et pas seulement les doigts de pied) pour la suite.

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>