Extravagance parisienne @54

En plus de mes activités sportives, j’ai comme objectif de marcher au moins une heure par jour. Si j’ai des activités extérieures, c’est assez facile : je prends moins le métro, marchant pour rejoindre telle ou telle ligne pour éviter un changement ; il y a les commissions avec Caddie, les rendez-vous du quotidien où je me rends sans passer par le même chemin à l’aller et au retour. Faire des boucles, cela augmente les distances.
Certains jours pourtant, le dimanche souvent, je n’ai rien de particulier à faire dehors. Je pars donc en « balade DMR », un sport typiquement parisien (et citoyen) qui consiste à faire un tour en quête d’« anomalies » (c’est comme ça qu’on dit) dans l’espace public. Il existe une appli dédiée, pas très accessible mais que j’ai apprise par cœur. Si vous voulez vous faire une idée, vous pouvez simuler un signalement dans le formulaire en ligne.
J’ai mes parcours, que je limite à mon arrondissement (tant pis pour les autres où je ne signale que ce qui présente un certain danger) ; je me concentre sur les encombrants, les déchets éparpillés, le mobilier urbain cassé. Quand on est attentif à son environnement, c’est fou les objets insolites que l’on croise… comme cette grande poupée (ou petit mannequin) sous une passerelle piétonne. Une poupée ? Ce n’est pas ce que j’ai vu. Je vous raconte.
J’étais aux aguets et je suis attirée par une tache très rose sous la passerelle. Je m’arrête, dégaine Petit 6, le met en mode loupe et zoome à fond. Mon cœur fait un bond dans ma poitrine : est-ce un corps ? Je vois des jambes, désarticulées, la robe, pas de tête. Je fais une photo et l’envoie sitôt à Frédéric et Isabelle. Que faire en attendant la réponse ? Que faire s’ils ne répondaient pas ? Je suis tremblante. Je décide de passer sous la passerelle pour me faire une meilleure idée. Je ne suis pas fière, mais alors pas fière du tout ! Petit parcours dans la boue, les herbes, les déchets… Je ne vois pas mieux, une haie m’empêche d’approcher.
Je remonte. Texto de Isabelle : c’est une poupée !
Ouf !
Frédéric confirme.
Je repars… Une poupée ? Vous êtes sûrs car j’ai bien vu un corps, comme jeté là par-dessus le parapet ?
Ils sont sûrs. Je n’ai pourtant pas fait de DMR pour éviter un choc à l’agent qui aurait eu ma photo le matin. Je fais un mail à Sylvie Lekin qui trouve que c’est saisissant.
Une poupée ? Je sais. Et pourtant, je doute.
J’en conclus qu’il y a ce que l’on sait, et ce que l’œil (le cerveau) perçoit. Un instant, j’ai vu le corps d’une enfant jetée là. Je sais que ce n’est pas ça. Et pourtant ; je doute encore, ce d’autant que même sur grand écran je vois toujours un corps. Je m’en serais bien passée.

2 commentaires pour Extravagance parisienne @54

  • lekin

    Dors jolie poupée !cela me rappelle une chanson !!!!

    • Cécyle

      Tu me la chanteras, je ne connais pas ! 😉

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>