Bigleuse @112

Suite à mes déboires lors d’une visite dans une bibliothèque (ici et ) et mon envoi à la direction des Affaires culturelles d’un courrier revendiquant une appli accessible pour lire les livres numériques de la bibliothèque numérique (lala), j’ai rencontré avec Frédéric deux agents de la Ville ayant des responsabilités dans des services gérant les activités des bibliothèques. Cet échange a été très enrichissant, hormis sur la question de l’appli. S’en est ensuivi un grand moment d’émotion (au moins pour moi). Frédéric m’a confirmé que mes larmes aux yeux étaient patentes. J’ai senti aussi ma voix chevroter tant ce que je souhaitais que ces messieurs entendent que cela touchait à mon intimité de déficiente visuelle.
J’essayais d’expliquer en quoi des solutions sonores ne m’étaient pas acceptables. Je conçois volontiers qu’un valide va peiner à comprendre pourquoi je m’emmerde (je choisis à dessein ce verbe) à essayer de lire alors que mon système auditif fonctionne parfaitement et que des outils de vocalisation existent. Cela me rappelle un ami d’il y a trente-cinq ans, paraplégique debout. Il se déplaçait difficilement avec des cannes anglaises, dans une marche acrobatique impressionnante et périlleuse. Je lui avais demandé pourquoi, chez lui notamment, il ne se posait pas dans un fauteuil pour se faciliter la vie.
— J’ai mis quinze ans à arriver à marcher, ce n’est pas pour m’asseoir.
C’était l’esprit de sa réponse, à défaut de la lettre. J’ai fait à peu près la même à ces deux fonctionnaires de la Ville, quelque chose comme.
— Je suis en basse vision, avec un champ visuel étroit, photophobie, astigmatisme et hypermétropie en prime ; ce que je veux, c’est voir, dussé-je me pourrir la vie pour cela. Voir. Lire. Parce que dans dix ans, vingt ans, je ne verrai peut-être plus à cause des maladies liées à l’âge. Alors tant que je peux, je ferai l’effort, tous les efforts, et cette mise en inaccessibilité de l’appli, je la vis comme une injonction de ne plus lire. D’ailleurs depuis, je n’ai pas réussi à finir le livre que j’avais commencé…
Tiens donc, les larmes me reviennent aux yeux. Ça vous étonne ?

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>