Ailleurs @38

Passant quelques jours à Cambridge, je parcours en tous sens la ville. J’arrive dans un espace vert à l’anglaise, donc avec de grandes pelouses. Je vois un panneau signalant qu’il y a des troupeaux de vaches qui peuvent y circuler et qu’il faut faire attention, pour soi et pour les bêtes. Je ne vois alors aucune vache et j’imagine qu’il y a un simple passage de troupeaux. C’est déjà une vraie surprise.
Or, trois jours après, en rentrant du centre ville, à quelques minutes du cœur historique et ses fameux collèges, j’ai vu des vaches. Une quinzaine broutaient l’herbe d’un espace vert urbain. Piétons et cyclistes passaient à proximité. Certains avaient un chien en laisse, très calme, comme habitué. Ceci à quelques mètres de la route.
J’étais sidérée, et ravie. Voilà une jolie rencontre. Moutons et lapins sont parqués dans quelques fermes urbaines parisiennes ou autres enclos spécifiques quand les Parisiens ne voient de près des vaches dans leur ville qu’au salon de l’agriculture. Quel dommage !

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>