Paris @54

Le 20 avril 2019, la RATP a connu un big bang de son réseau de bus. Des lignes ont été modifiées, avec des changements de parcours, des raccourcissements ou des prolongements. Environ un mois après, j’ai découvert qu’une ligne passait maintenant juste devant chez moi pour un grand tour dans Paris aboutissant à quelques encablures de mon bureau.
J’ai donc testé le parcours. Un arrêt à quelques mètres de mon immeuble et à l’autre bout une dizaine de minutes de marche. Entre les deux un parcours parfois semé d’embûches, entre embouteillages et camions de livraison dans le couloir réservé.
Le temps total de trajet est supérieur, de peu ou de beaucoup, à celui en métro. Pourtant, quel bonheur ! J’ai « ma place », au fond, la plupart du temps libre. Je m’y glisse puis mets un casque sur les oreilles et commence le voyage, avec de la lecture ou en laissant mes pensées vagabonder tout en admirant la capitale. Opéra Garnier, palais Brogniart, monument à la République, Gare Saint-Lazare… maints beaux bâtiments et tant de vie dans des quartiers bien différents.
Pouvoir me déplacer plus en bus et moins en métro m’a fait un bien fou. Même s’il faut attendre et si le caractère aléatoire de ce moyen de transport nécessite de prendre plus de marge pour arriver à l’heure, je me réjouis à l’emprunter. Il y a bien moins d’escaliers, moins de monde, plus de places assises et je n’ai plus de changements à faire. J’aime dire bonjour au chauffeur, assez souvent, une conductrice, et profiter d’être en surface.
Au mois d’août, la fluidité du trafic permettait de battre des records de temps de trajet que je ne retrouverai pas à la rentrée. Je réfléchis à m’organiser différemment pour partir plus tôt et pouvoir au maximum reprendre le bus.
Dans ma jeunesse, c’était mon moyen de transport habituel. Le RER n’était pas très loin, mais pas forcément pratique et le métro était accessible… par le bus. Deux lignes avaient leur terminus à quelques mètres de l’appartement de mes parents et m’ouvraient différents quartiers de Paris.
Plus tard, j’ai même effectué un déménagement en partie avec une poussette à marché dans le bus qui passe toujours devant mon immeuble, mais dessert des quartiers où je vais peu. La nouvelle ligne a déserté des secteurs où je sais que certains le regrettent, mais m’a redonné le plaisir de trajets quotidiens. Je n’hésite pas à marcher pour aller trouver un arrêt, quitte à l’attendre avec mon livre plutôt que de descendre dans le métro que j’ai tant arpenté.
J’ai juste une remarque : Caddie, tu pourrais t’arranger pour que la ligne soit vite équipée de bus biogaz ou électrique ? Le boucan du moteur et la chaleur en temps de canicule sont mes seuls désagréments. Merci Caddie !

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>