Paris @52

DareauÀ l’occasion d’un tournoi de judo organisé par mon club, j’ai eu le plaisir de passer un moment agréable avec un jeune judoka de 19 ans ; il m’a accompagnée, à l’issue du tournoi, à un flash mob contre l’excision. C’est dire le genre de garçon que c’est : intelligent, sensible, militant. Il a eu une année difficile. Son bac en poche, il a intégré la fac et emménagé dans une résidence universitaire. Il a été aussi un peu malade. On a parlé de tout ça, que l’on avait fait peu de judo ensemble cette année, qu’il serait plus assidu l’an prochain. Et comme ça, il me lance :
— En plus, je ne suis pas loin de chez toi.
— Ah ?
— Oui, je suis à la cité U rue Dareau.
Dareau ; j’en suis restée interdite. Arrivée en train de nuit à Paris-Austerlitz mon bac en poche, sac au dos, guitare en main et une cantine en bagage accompagné, j’y ai vécu sept ans, chambre 722. Il en est aussi resté coi. Il m’a dit que cela avait été rénové, que cela avait bien changé, sans doute. Je lui ai promis des photos. Et lui, en retour, m’a promis de me faire visiter sa chambre dès la rentrée. J’en ai déjà l’émotion au ventre.
Dareau. C’est le symbole de ma liberté, celle de vivre seule, en autonomie, à Paris qui est désormais ma ville ; une sorte de porte d’entrée. J’aime décidément comment la vie fait des clins d’œil. Ma liberté. Elle a encore besoin de quelques actes libératoires mais j’y travaille ardemment !

 

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>