Biodiversité @21

J’ai demandé à Isabelle de m’acheter, lors d’un passage à Monoprix, des graines de chia. Il n’y en a pas dans les supermarchés que je fréquente et je vais rarement dans des magasins bio. Quand Isabelle m’a donné le paquet, j’avoue que j’en suis restée un court moment interdite, avant d’en être indignée.
Il s’agit d’un produit bio, label AB à l’appui. Mais que font là ce gros bouchon en plastique et cet emballage à l’allure du papier qui se révèle en plastique ? Ce conditionnement avec bec verseur est inutilement cher et délétère pour l’environnement ; il vient également contredire l’indication nutritionnelle qui stipule de ne pas consommer plus de 15 g de graines par jour tant il n’est pas facile de doser précisément une quantité avec un tel orifice !
Un simple sac en papier suffirait : on dose à la petite cuiller, on peut remettre le produit pris en trop dans le sac et le papier se recycle. Car, bien sûr, cet emballage se met à la poubelle ; c’est clairement indiqué dans la case « Pensez au tri » qui s’accompagne d’un « Poche souple et bouchon plastique à jeter ». Que reste-t-il a trier ? Rien finalement, à part les magasins où l’on fait ses achats. Je m’en souviendrai pour mon prochain ravitaillement en graines de chia.

Note : N’arguez pas que je devrais utiliser les magasins qui proposent du vrac. Je voudrais bien le faire mais les distributeurs ne sont pas utilisables pour les déficients visuels : étiquettes illisibles, installation du sac et manipulation de la poignée compliqués. Reste la solution de demander… Je préfère l’autonomie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.