Extravagance parisienne @52

Dimanche 30 juin 2019, plusieurs jours de canicule à Paris s’achèvent, mais la température reste élevée. En cette période, il est préconisé de limiter les efforts physiques importants et, bien sûr, de ne pas utiliser son propre véhicule à moteur.
Je dois me rendre dans le 18e. Comme d’habitude, je compte prendre les transports. J’ai la chance d’avoir un trajet simple et direct par le bus, la seconde meilleure option, plus longue, est par le tram, sachant que par le métro c’est encore plus long et compliqué.
J’attends donc le bus. Il n’arrive pas même si différents sites, dont celui de la RATP, l’annoncent. En revanche, il est bien indiqué que le tram est interrompu en raison d’une manifestation sportive importante. Au bout d’un moment, des passants nous indiquent qu’il n’y a pas de bus. Rien n’est indiqué à l’arrêt. Je vais au suivant où rien n’est indiqué non plus et les panneaux électroniques ne fonctionnent pas. Un bus d’une autre ligne arrive, n’allant pas jusqu’à son terminus. Le chauffeur confirme qu’il n’y a pas de bus de la ligne que j’ai besoin de prendre et que la sienne est interrompue.
Je me suis résolue à prendre le métro, arrivant avec beaucoup de retard. C’était le triathlon de Paris pendant des heures qui bloquait ou perturbait la circulation dans une grande partie de Paris.
Dans le métro, des annonces indiquaient que des forfaits spéciaux « antipollution » étaient disponibles. Quelle belle solution pour limiter la pollution que des forfaits pour prendre des transports en commun… ! s’ils daignent circuler.

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>