Bonheur @35

Il y a trois ans, j’ai acheté deux grandes plantes dans une échoppe du Marché aux fleurs. Au moment de partir, le tenancier m’offre un pot avec un petit fraisier dedans. Je le remercie en pensant que, sur mon balcon certes très lumineux mais orienté plein nord, je ne suis pas près de voir une fraise pointer le bout de son nez. Erreur : une petite fraise des bois a fini par apparaître et timidement rougir.
L’hiver suivant ayant été rude, j’ai pensé que mon fraisier n’y résisterait pas. Nouvelle erreur : les feuilles ont réapparu l’été suivant. Pas de fraise cette fois-ci et le fraisier a mal fini l’été : les feuilles ont vite brunies pour sécher puis disparaître. Cette fois-ci me disais-je, c’était la fin.
Effectivement, à la fin de l’hiver, le coin de terre où avait percé le fraisier les années précédentes restait nu. Mais quelle ne fut pas ma surprise de voir dans un autre pot de terre à quelques centimètres surgir un fraisier qui, depuis, n’en finit pas de s’épanouir. Après deux petites fraises il y a quinze jours, en voici deux nouvelles que je découvre bien rouges ce matin. Il semble que d’autres soient d’ailleurs à venir. Vive les fraisiers sauteurs !

7 réflexions sur « Bonheur @35 »

  1. vincent

    La vie se bat et cherche à vivre partout où elle le peut 🙂
    (sorry, j’ai temporairement perdu mon accent sur le « a »)

    Répondre
    1. vincent

      … Désolé. J’ai écris trop vite.
      Je voulais dire, en réponse à Isabelle : j’ai changé de clavier. J’ai de nouveau le « à ».
      Mais les touches sont un peu plus rapprochées. D’où quelques erreurs de frappe ayant fini par un « tab » + « Enter », conduisant ainsi à soumettre le commentaire avant de l’avoir terminé.
      Oops (encore)

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.