Biodiversité @19

Chaque année, le Syndicat national des dermatologues propose au mois de mai une semaine de dépistage gratuit des cancers de la peau. Après avoir consulté quelques années une dermatologue en secteur 1 qui considérait l’albinisme comme une pathologie à surveiller de près, je navigue depuis quatre ans de dermatologue en dermatologue depuis qu’elle ne consulte plus ; à chaque fois, je tombe sur des médecins qui ne comprennent pas pourquoi je veux un dépistage annuel et mon suivi dermato me paraît chaque fois peu sérieux.
J’ai donc guetté cette année cette semaine de dépistage, en espérant que ce serait l’occasion de trouver un praticien, même en secteur 2, qui considérerait l’albinisme comme une pathologie à risque et accepterait de me suivre en ALD. La page d’accueil de la plateforme de rendez-vous indique : « Tout le monde ne pourra pas être dépisté. Au cours de cette semaine de prévention, priorité sera donnée aux personnes dites « à risque » (selon les critères de l’assurance maladie). » Je le comprends. Je rentre mes coordonnées et, dans les facteurs de risque proposés, coche celui qui me concerne le plus « phototype cutané de type 1 » Verdict : pas de prise de rendez-vous possible, le facteur de risque n’est pas suffisant.
Je l’ai signalé à Genespoir, l’association française des albinismes dont je suis membre et qui milite pour un contrôle annuel. J’ai eu une réponse immédiate. Une action va être entreprise pour tenter d’améliorer les choses. Gageons que le Syndicat des dermatologues, voire l’Assurance maladie, entende raison.

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>