Kendo @48

Quelques jours avant mon passage technique 2e dan (réussi), je pars au judo après deux heures de révision jujitsu. Je suis au taquet. Je croise trois ados d’une quinzaine d’années ; l’un a un ballon ; un second tente d’étrangler par l’arrière un troisième. Leurs cris me font ralentir. Agression ? Jeu ? Je lance un « Oh là ! » afin d’indiquer que je suis témoin de ce qui se passe. Sitôt l’étrangleur me lance « On joue, madame ! » Je m’arrête à sa hauteur et observe son étranglement.
— Quitte à étrangler votre camarade, faites-le correctement. Laissez-moi vous montrer.
Je prends son bras, le positionne ainsi que ses mains. Il me laisse faire, surpris.
— Voilà, vous serrez un peu…
L’étranglé crie.
— … C’est parfait, cela s’appelle Hadaka jime.
Les trois rient et me remercient. Je repars. Dans mon dos, l’étranglé crie encore :
— Sortez-moi de là, madame !
Je m’arrête, me retourne.
— Je vous montre comment sortir une prochaine fois !
Sensei Romuald n’a pas du tout aimé cette histoire alors que j’en rigole encore. Il a raison, le judo ne doit pas être pratiqué sans précautions. Je n’ai quand même pas montré à ce gamin comment bloquer l’épaule pour empêcher la sortie et rendre l’étranglement véritablement efficace. Quand même pas.

Note. En photo, Kata ha jime, lors de mon passage de 1er dan.

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>