Archives quotidiennes :

Kendo @48

Quelques jours avant mon passage technique 2e dan (réussi), je pars au judo après deux heures de révision jujitsu. Je suis au taquet. Je croise trois ados d’une quinzaine d’années ; l’un a un ballon ; un second tente d’étrangler par l’arrière un troisième. Leurs cris me font ralentir. Agression ? Jeu ? Je lance un « Oh là ! » afin d’indiquer que je suis témoin de ce qui se passe. Sitôt l’étrangleur me lance « On joue, madame ! » Je m’arrête à sa hauteur et observe son étranglement.
— Quitte à étrangler votre camarade, faites-le correctement. Laissez-moi vous montrer.
Je prends son bras, le positionne ainsi que ses mains. Il me laisse faire, surpris.
— Voilà, vous serrez un peu…
L’étranglé crie.
— … C’est parfait, cela s’appelle Hadaka jime.
Les trois rient et me remercient. Je repars. Dans mon dos, l’étranglé crie encore :
— Sortez-moi de là, madame !
Je m’arrête, me retourne.
— Je vous montre comment sortir une prochaine fois !
Sensei Romuald n’a pas du tout aimé cette histoire alors que j’en rigole encore. Il a raison, le judo ne doit pas être pratiqué sans précautions. Je n’ai quand même pas montré à ce gamin comment bloquer l’épaule pour empêcher la sortie et rendre l’étranglement véritablement efficace. Quand même pas.

Note. En photo, Kata ha jime, lors de mon passage de 1er dan.