Régis @23

Il y a une quinzaine de jours, j’ai appris par un réseau social local qu’un SDF, figure du quartier depuis des années, était décédé. Il était connu pour sa gentillesse, et son vélo recouvert de peluches et d’un énorme drapeau français. J’ai prévenu Danielle qui lui donnait souvent à manger, et fait un texto à Sylvie Lekin qui sait toujours beaucoup de choses. Elle savait, bien sûr, et m’a mise en contact avec une dame, très active sur un groupe Facebook qui est à l’origine de la diffusion de cette triste nouvelle.
Après une conversation téléphonique d’un bon quart d’heure, elle a souhaité me rencontrer ; je suis donc descendue et l’ai retrouvée près de la tente de cet homme, Andrej, pour qu’elle me parle des hommages en cours de préparation. Nous sommes restées là une grosse demi-heure. Des personnes se sont arrêtées, beaucoup de personnes, toutes connaissant ce monsieur et faisaient montre d’une compassion sincère.
Puis soudain, une femme s’arrête, la cinquantaine propre sur elle. Sans dire bonjour, elle s’empare de son téléphone, prend une photo et lance, d’un ton d’emblée agressif (de celui de ces personnes qui s’apprêtent à accomplir un exploit témoignant de leur grand courage) ;
— Je vais envoyer ça à la maire de Paris et celle du quatorzième, qu’elles voient que des SDF français crèvent dans la rue.
Je réponds du tac au tac qu’elles sont au courant.
— Eh ! bien, elles le sauront deux fois.
La personne que j’étais venue rencontrer était en discussion avec une jeune femme. Les deux tournent la tête, indiquent qu’elles n’ont pas bien compris. La femme récidive.
— Des SDF français !
Elle continue pendant que les deux personnes avec moi reprennent leur conversation. J’entends le mot « réfugié » sans la phrase qui va avec. Je l’interpelle.
— Ce monsieur était Roumain, madame ; j’imagine que ça vous débecte.
Elle se fige ; cherche quelque chose à dire. J’enchaîne.
— Oui, madame, il était Roumain. Il s’appelait Andrej. Je vous sens moins intéressée par son sort d’un coup. Nous, nous allons lui rendre hommage.
Je n’ai pas eu le temps de l’inviter à se joindre à nous ; elle avait filé comme l’éclair de haine qu’elle incarne.

3 commentaires pour Régis @23

  • vincent

    Je pense que vous avez dit à cette femme ce qu’il fallait.

    Mes condoléances pour Andrej.

    • Cécyle

      J’ai vraiment réagi du tac au tac. Cette dame a interprété le transport du drapeau tricolore par cet homme comme une défense de la France alors que c’était le signe de l’attachement de cet homme à notre pays. Ça lui apprendra, j’espère !

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>