Écrivaine @43

Isabelle m’a envoyé un lien sur une émission de France Culture « « Autrice » : la très vieille histoire d’un mot controversé ». L’affaire n’est pas nouvelle et révélatrice des résistances autour de la féminisation des termes des métiers (dont je parle ici). Je me souviens du débat (un peu plus ancien) autour d’ « Écrivaine » ; au départ, je n’étais pas fan du terme mais ai pris position aux côtés du réseau Encore féministe ! quand Beigbeder a déclaré au magazine Lire ; « Je ne supporte pas les écrivaines, c’est physique. J’attrape une éruption cutanée dès que je lis ce terme immonde. » ()
C’était en 2005. La question de la féminisation des termes de métier a ensuite un peu stagné avant d’être remise à la mode par les revendications en matière d’écriture inclusive. Je m’en réjouis, même si je ne partage pas l’ensemble de ces revendications, surtout pas celles qui visent à « faire (non)-genre » sans réflexion politique sur la langue (lala). Ceci étant, je ne comprends pas les arguments utilisés pour défendre le féminin « autrice » face à « auteure » : il tirerait sa légitimité de l’histoire, du passé, des usages populaires au Moyen-Âge, c’est dire ! La loi du talion aussi et l’immolation des sorcières pareillement. Autrement dit, est-il bien nécessaire qu’un terme ait été utilisé au Moyen-Âge pour qu’il soit légitime aujourd’hui ? L’argument est réactionnaire autant qu’inutile.
Il me semble qu’un terme de métier est légitime parce que le métier auquel il fait référence existe même s’il est rare ou très récent. Un exemple : « écoconceptrice ». Qui choquerait-il ? Personne en dépit de sa nouveauté et de sa singularité. La langue invente tous les jours des mots pour désigner des choses nouvelles, des mots anciens reviennent au goût du jour, d’autres sont provisoirement (ou non) peu usités ; c’est la vie. Et même si le terme « autrice » n’avait pas existé au Moyen-Âge, il aurait toute sa place aujourd’hui dans notre langue parce que les autrices, comme les écoconceptrices et toutes les autres, existent. Cet argument suffit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.