Déo @27

J’attendais l’autre jour avec grande impatience (vous imaginez !) le Magazine de la santé. J’écoutais les pubs d’une oreille, sans regarder. J’entends alors une voix, grave, sévère, « Pour ce qui fait sa force, et aujourd’hui pour son ouverture à tous, j’ai choisi MGEN. » Sitôt, je rigole. Le ton du message me donne plus envie de me passer par la fenêtre que d’adhérer à la MGEN ; cela tombe bien, je suis déjà adhérente.
Je songe alors faire ce billet histoire de glorifier ce ton que j’imagine choisi pour renouer avec l’ancestral instituteur, celui qui sillonnait les campagnes aveyronnaises dans la neige pour dispenser l’instruction publique, fier hussard (tiens, un mot-clé du blogue) de la République ayant répondu à l’appel de Jules Ferry (j’avais vu un téléfilm sur l’histoire de l’école publique ; il m’avait marqué).
Entre le moment où j’ai songé et celui où je me suis décidée à écrire ce billet, j’avais oublié s’il s’agissait de la Maif ou de la MGEN ; c’est dire si le message était passé ! Je vais sur le site de l’un et de l’autre et trouve la vidéo sur le second. Je découvre alors que notre héros n’est autre que Martin Fourcade, champion de biathlète national… la neige ; on y revient !
Je n’avais pas vu le début du spot tout en images sans paroles, ce qui exclut au passage les vieux (devenus bigleux) du recrutement, exclusion somme toute logique tant j’imagine que la MGEN cherche plus à recruter des jeunes pour équilibrer ses comptes face à ces hordes d’enseignants qui ont fait sa richesse et sont aujourd’hui à la retraite. Les jeunes vont-ils succomber ? Je crains que non. Tant pis ! les images sont jolies… Je vous laisse apprécier.

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>