Bigleuse @99

En rentrant l’autre soir, je passe chez ma voisine.
— Oh ! Mais vous avez l’œil tout rouge !
— Ah ?
Elle regarde et m’inquiète un peu dans ce qu’elle dit. Je fais une photo, l’envoie à Isabelle… qui me rassure mais je sens son inquiétude. J’appelle Françoise, la retrouve dans son hall. Elle me rassure mais je la sens plus inquiète que Isabelle. Elle pense que j’ai pris un coup, que des vaisseaux ont éclaté. Il est passé 20 heures ; c’est mon œil gauche, le plus valide. Je ne veux prendre aucun risque ; j’appelle le 15 pour parler au médecin régulateur.
J’attends près de dix minutes, me disant que si j’étais en train de faire un massage cardiaque, même si les urgences de Necker sont à dix minutes, le temps me semblerait long. La bande-annonce indique en boucle de dire son nom, son adresse et ce qu’il arrive. Ce sont les consignes que donne la Croix-Rouge. J‘ai une opératrice en ligne, je décline mon nom, mon adresse… elle me coupe la parole.
— Qu’est-ce que vous avez ?
Le ton n’est pas aimable, agacé. J’explique, précisant d’emblée que je suis albinos donc malvoyante.
— Un œil rouge…
Elle n’est pas convaincue. Je la sens prête à m’envoyer balader. J’insiste, redis que je suis malvoyante, que je veux parler à un médecin. Elle obtempère à contrecœur, me demande mes nom, adresse, code, étage, téléphone…
— Une intervention n’est pas forcément nécessaire.
— C’est la procédure !
Le ton est de moins en moins aimable. Je songe que si j’étais en overdose de paracétamol avec des difficultés à parler, elle m’aurait raccroché au nez. Elle me passe un médecin. J’explique. Je précise d’emblée malvoyante, albinos, déficiente visuelle, basse vision comme un lot, ignorant ce qui va être entendu. La discussion s’engage, la médecin est un peu sèche. Je décris du mieux possible en répétant ce qu’a dit Françoise en formulant « Ma voisine m’a dit… »
— Et vous, vous ne pouvez pas regarder ?
— Non, madame, je suis albinos.
— Et alors ?
— Je suis en basse vision, 1/20 sur cet œil, 1/50 sur l’autre.
— Ah ?
Sa surprise n’est pas feinte. La conversation devient plus aimable, elle prend le temps de me faire réexpliquer, me rassure en indiquant que si je n’ai pas de perte de vision ni de douleur, ce n’est pas grave. Pas besoin d’aller aux urgences. Je dors mal. Le lendemain, je file chez ma généraliste : conjonctivite virale. Ouf !
Cela dit, c’est la première fois que je suis si mal reçue au Samu, à Paris, un soir ordinaire. On raconte que notre système de santé va mal. Voilà un exemple de plus. Quant au fait que l’albinisme ne soit pas associé à la déficience visuelle, à part me désespérer, je ne sais quoi faire d’autre qu’en rager.

4 commentaires pour Bigleuse @99

  • vincent

    Comment va votre oeil, Cécyle ?
    J’espère que ça ne démange ni trop, ni que ce soit douloureux.
    Et que ça parte rapidement.

    Bises.

    • Cécyle

      Très bien, Vincent. Merci de votre gentillesse ! Il a vite guéri ce d’autant que je me suis mise au repos.

      • Isabelle

        Vive Dr Petit Mouton !

        • Cécyle

          Je confirme qu’il a bien mis les gouttes dans les yeux et nettoyé au sérum phi tout en éloignant les méchants microbes et virus.

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>