Caprice @7

Les publicités pour les prestations de ménage dans le métro m’inspirent décidément l’envie d’un grand coup de propre sur les murs carrelés des stations. La dernière en date à m’avoir agacée a comme slogan « Ménagez-vous, réservez-nous ! » avec en argument de vente « Ménage sans engagement, même au dernier moment ! »
Il s’agit bien de se ménager, et pas de ménager les personnels de ménage. L’argument peut s’entendre de deux façons : il est possible de demander une prestation de ménage au dernier moment ou il n’y a pas d’engagement jusqu’au dernier moment, donc il est possible de se désister jusqu’au bout (si c’est mis en avant, c’est donc sans frais, car sinon, cela n’a rien d’exceptionnel). Dans un cas comme dans l’autre, le client est roi et le personnel de ménage est un larbin, à la merci d’ordres ou de contre-ordres capricieux.
Je suis toujours choquée de cette manière si méprisante de présenter les prestations de service, en particulier de ménage, bien connues pour être essentiellement le travail de ménagère. Un petit tour dans une application et c’est la vie d’une employée, mal payée et mal considérée, qui doit changer pour se rendre chez le client quand ça l’arrange et ne plus y être quand cela le dérange.
Le petit personnel n’habite plus dans les chambres de bonne d’où il peut être tiré selon le bon vouloir du maître, il est quelque part, peu importe que ce soit loin, tant qu’il peut être à disposition. Le clic a remplacé le cordon de sonnette. L’exploitation reste à portée de main du détenteur de l’argent, ça, ça n’a pas changé au fil des siècles.

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>