Vérité syndicale @26

Jeudi 7 février avait lieu la deuxième nuit de la Solidarité à Paris (ici). Mission pour les volontaires qui ont fait le choix d’arpenter les rues de Paris jusqu’à 1 heure du matin suivant une méthodologie précise : comptabiliser le nombre de personnes sans abri et recueillir certaines informations. Résultat : 3 622 personnes rencontrées ce soir-là ont passé la nuit dans la rue. Des informations supplémentaires seront connues prochainement, après étude des questionnaires anonymes qui ont pu être complétés à cette occasion.
L’an dernier, ce recensement a permis d’apporter des données réelles bien supérieures aux estimations et de mettre en place, en connaissance de cause, des réponses plus adaptées : plus de lieux spécifiques pour les femmes de plus en plus représentées (12 %), des bagageries…
Mon groupe (4 personnes dont une responsable formée à la prise en charge spécifique de ces populations) a rencontré peu de personnes sans abri, notre zone n’étant pas très « accueillante » : un espace urbain concentrant beaucoup d’administrations dans le centre de Paris, peu touristique et avec peu de commerces. Cela n’a pas été le cas dans d’autres arrondissements où le nombre de citoyens dormant dehors recensés a doublé (ici).
Difficile d’en dire plus si ce n’est la satisfaction d’avoir œuvré de façon pragmatique, mais forcément frustrante, dans une ambiance fraternelle portée plus haut encore par un souci commun d’agir ici et maintenant.

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>