Préférences @4

Je lisais un article du Huffington Post « Pour la Saint-Valentin, des sextoys gays, lesbiens et non-genrés (sic) », intriguée par la notion de godemichés « non genrés ». L’article s’est révélé fort intéressant, le propos de Alice Derock, fondatrice d’un sex-shop en ligne « dédié à la communauté lesbienne » me portant, par la justesse de son propos, à visiter le site en question. Les jouets proposés, à l’œil, font assez envie, et leur présentation révèle une donnée à laquelle j’ai souvent été confrontée : celle de l’évaluation des dimensions de l’objet.
Dans la tête, on peut avoir envie de quelque chose qui comble ; le hic est qu’un godemiché, ce n’est pas dans la tête qu’on le met (non non !) mais plutôt dans le vagin, considérant que celui-ci a volontiers les yeux plus gros que le ventre. Comment choisir ? L’étalon de la mesure du désir vaginal n’est-il pas le doigt ? Eh bien ! voilà que les tailles sont décryptées en nombre de doigts (ici) en même temps que chaque modèle proposé a plusieurs tailles.
Est-ce cela le « non genré » du jouet sexuel, l’idée que deux doigts suffisent a beaucoup de plaisir autant que quatre peuvent être requis, autrement dit que c’est le vagin qui décide et pas l’anatomie de son partenaire ? Il y a ça, et aussi le fait que ces objets oblongs ne sont pas façonnés à l’image des pénis. À l’époque où je fréquentais les sex-shops (tout se perd… mais ma garde-gode est à refaire ; à bonne entendeuse, je peux livrer la date de mon anniversaire…), on parlait de godemiché « réalistic » qui s’opposaient aux premiers modèles en jelly, de couleurs vives et sans gland ni décorations veineuses.
Il semble qu’aujourd’hui ces derniers soient devenus la règle dans les sex-shops de filles et je m’en réjouis. Il y a pourtant une chose qui m’intrigue. Sur ce même site, on trouve des « sextoys pour insémination » () ; je n’y aurais pas pensé mais c’est effectivement plus judicieux qu’une petite cuiller. Je remarque sitôt qu’ils sont très réalistes, ce que le site confirme « Habituellement WetForHer ne met vend aucun sextoy de forme réaliste mais nous ne pouvions pas laisser ce sextoy de côté car il est créé par une lesbienne aux US que nous avons rencontré (sic) et il est destiné aux couples lesbiens pouvant pratiquer l’insémination chez elles. »
Tiens donc. Une lesbienne crée un sextoy pour aider aux inséminations maison (bonne idée) tout en proposant une représentation fidèle du pénis, comme pour faire père celle qui introduira le gode et actionnera la pompe. Quel paradoxe ! La déconstruction du genre, notamment en matière de parentalité, est loin d’être aboutie. Vivent les petites cuillers ! Il y en a aussi de différentes tailles, et matières.

 

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>