Bigleuse @96

La « résistance au changement » est un concept fort en psychologie du travail, presque une tarte à la crème qui prend parfois les atours d’un concept d’oppression. Face à une situation nouvelle, il est incontournable que nous rechignions, tant nos habitudes nous sont une sécurité. Le changement, pourtant, n’est-il pas source de progrès ? Tel est l’enjeu dans le monde du travail ; mais au fait, c’est quoi le « progrès » ? plus de productivité ? plus de production ? plus de profit ? ou plus de facilité pour les personnes ? une meilleure répartition des richesses ? le mieux plutôt que du plus ?
Que de questions de fond pour évoquer le changement de mon ordinateur ! Mac Mini était devenu obsolète en à peine cinq ans, son nouveau système d’exploitation multipliant les bogues et les ralentissements avec des fonctionnalités dont je n’ai finalement pas l’utilité. Mais d’autres, dont j’ai besoin pour travailler, le rendaient nécessaire. Que faire ? Cultiver l’obsolescence et tenter l’expérience d’un système d’exploitation libre ; mon ordinateur me sert à produire du texte, écouter de la musique et accéder à Internet, je n’ai peut-être pas besoin de céder au progrès des Gafa ?
Céder ou résister ? J’aimerais bien, pour le coup, résister mais cela me demanderait une grosse adaptation, donc beaucoup d’apprentissage et de temps. Résister me demanderait ainsi un effort non négligeable, plus important en fait que de m’adapter à un nouvel ordinateur et son bel environnement au service d’un progrès qui sert avant tout les intérêts commerciaux de son fabricant. J’ai donc cédé au progrès, ce qui revient à une certaine « résistance au changement » puisque j’ai choisi la solution la plus facile… Vous me suivez ?
Pas de quoi en faire un plat, donc ; sauf à prendre en compte mes contraintes particulières. Mes « contraintes particulières » ? Oh ! juste un détail qui transforme toute modification de mon environnement en parcours du combattant. J’ose à peine le nommer, ce détail. Il est si évident et il n’est pas question que je m’en plaigne. Changer d’ordinateur, de système m’est pourtant si difficile voire anxiogène ; et pas question d’y résister ; je n’ai tellement pas le choix ! Allez savoir pourquoi, je me sens parfois seule et fatiguée car, à force de m’adapter à un monde en changement tout en résistant à nombre de ses standards, je m’use un peu. Une histoire de grand écart ? En quelque sorte.

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>