Incyclicité @30

Un vendredi soir, début janvier, j’ai croisé dans ma cage d’escalier un Vélib, « garé » contre la main-courante. Outre qu’il était sans doute volé (cela ne me regarde pas mais quand même), le fait qu’il soit au milieu du passage constitue un réel danger pour les locataires en cas d’évacuation d’urgence. Nous avions déjà eu des vélos de « free floating » ; mon gardien en avait retiré un ; j’avais interpellé deux gamins en train d’en garer un autre, et leur avais expliqué les dangers d’un tel parking les mettant face à leurs responsabilités. Cela avait semblé fonctionner.
Pour ce Vélib, mon gardien étant en week-end, j’ai appelé le samedi matin la société gestionnaire. Un monsieur charmant mais quelque peu surpris de mon appel a semblé prendre les infos que je lui donnais, l’adresse, l’étage, mon nom, mon téléphone en cas de besoin. Sur mon insistance, il m’a indiqué qu’il faudrait une semaine pour venir le chercher. Une semaine ? Le lundi matin, je m’étais décidée à en parler à mon gardien mais le Vélib avait filé.
Quinze jours sont passés et rebelote ! Le Vélib est revenu ; son numéro indique que c’est bien le même. C’était encore un vendredi. Le samedi, Isabelle m’a suggéré les urgences de mon bailleur, ou le GPIS en soirée. Le temps que l’on discute, le Vélib avait disparu. Lundi, j’ai appelé mon gardien pour lui demander conseil sur la meilleure personne à joindre. Il ne savait pas trop quoi me répondre. Le GPIS lui a paru une bonne solution. Interviendront-ils si le problème se pose de nouveau ? Suspens.
Tout cela peut sembler bien dérisoire ; un pauvre Vélib dormant dans une cage d’escalier. Je ne lâcherai pourtant pas l’affaire. Je sais combien il est facile de déclencher un feu ; j’en ai fait l’expérience. L’actualité récente nous rappelle combien les incendies font de victimes et je veux pouvoir évacuer mon logement dans de bonnes conditions au cas où. Mon gardien m’a promis de faire remonter l’information pour que Vélib Métropole soit saisi du problème, récurrent de ce qu’il m’a dit. Un microbillet Twitter y aidera-t-il ?

3 commentaires pour Incyclicité @30

  • vincent

    Je ne pense pas que ce soit dérisoire.
    Tous le monde ne vois pas toujours les risques.
    Cela peut se comprendre… entre la fatigue, inattention, le manque de bon-sens, ou l’irresponsabilité.
    Le PB, c’est que, quand quelqu’un signal un danger, souvent, il est juste pris pour un rabat-joie.
    Combien de personnes avait alerté les autorités, pour les immeubles qui on prit feu, ou qui se sont effondrés ?
    Aujourd’hui, le gens prudents deviennent des Cassandre que personne ne VEUT entendre 🙁

  • vincent

    Ne lâchez pas le morceau.
    Présentez des exemples.
    Des affiches sur les murs dans l’immeuble par exemple, qui indique en deux trois symboles ou dessins, les risques encourus en cas d’obstacles dans les voie d’évacuations.
    Ou de petits textes qui portent à réflexions.

    • Cécyle

      Je pense que je connais les jeunes gens qui font cela. Je ne suis pas sûre que de dessins soient très efficaces. Mon gardien va aller voir la famille…

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>