Annonce @26

Et si je prenais une maîtresse ?
— Pardon ?
Ne t’emballe pas, Caddie, c’est juste une pensée qui me traverse l’esprit.
— L’esprit ?
Caddie ! Ne sois pas grossier.
J’écrivais dans un billet d’il y a quelques jours que « J’aime la passion, sous toutes ses formes. » et je me demande si mon incapacité, qui se commue au fil du temps en non-envie, du couple institué ne tient pas à cela. Le quotidien avec l’autre m’ennuie. Pourquoi devrais-je y céder pour espérer assouvir mon désir… qui justement n’a rien à voir avec ça ?
C’est peut-être le retour d’âge, à moins que ce ne soit le retour à l’écriture d’un texte qui fait écho à Mathilde quinze ans plus tard, ou les deux, mais je me verrais bien faire l’amour avec passion avec quelqu’une sans que l’ordinaire ne s’en mêle. Je n’ai pas pour autant envie de libertinage, du sexe pour le sexe ; mon plaisir a besoin d’émotion réciproque pour s’épanouir, j’ai mis du temps à le comprendre ; je sais aujourd’hui que j’aime faire l’amour les larmes aux yeux et les mains tout en tendresse.
— C’est compliqué ton affaire.
Pas tant Caddie. Pas tant, sauf à considérer qu’il serait impossible d’aimer une personne d’un amour dont le désir serait le ressort et l’expression principale.
— Tu la connais ?
Non Caddie, pas encore. Mais c’est elle que j’aspire à rencontrer. D’ici là, je vais cultiver mon désir ; tu sens comme mes mains trépignent ?
— Attrape la poignée, on va aux commissions.
Caddie !

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>