Décroissance @58

Je consulte mon compte bancaire en ligne et, ce matin, à peine un quart de café dans le ventre, mon œil est attiré par un encart pleine page d’accueil « Ventes flash 3 jours seulement ». Suis-je bien sur le site de ma banque ?
Déjà la souris en chemin pour le haut à droite de mon écran où se trouve le bouton d’accès à mon compte, je balaie des yeux la page d’accueil. Oui, c’est bien le site de ma banque et ladite « vente flash » concerne des crédits « auto, travaux ou projet »… non, pardon, pas des « crédits », des « prêts » ; ça sent moins l’endettement. J’en suis effaré. On ne prête finalement pas qu’aux riches, on prête aussi aux pauvres, surtout si l’on a la conviction qu’il n’en sera que plus asservi.
Je savais le monde dans lequel je vis un monde où l’ordre bourgeois, hétérosexiste et raciste cultive tous les systèmes d’oppression pour l’enrichissement des plus riches sans que les plus pauvres ne remettent fondamentalement en cause les fondements des inégalités sociales, économiques, culturelles, politiques. Le « peuple » veut du pouvoir d’achat ? En voilà : « 1 % TAEG fixe ». N’est-ce pas d’ailleurs son dû à ce « peuple » laborieux qui insulte la classe politique et les hauts fonctionnaires à 15.000 euros par mois tout en rêvant du salaire des footballeurs et des stock options de Carlos Ghosn ?
Je m’égare… Le ciel était d’un magnifique rose ce matin. J’ai envie d’un monde où il ne sera jamais à crédit, le rose du matin, un monde débarrassé de l’idéal consumériste et des pressions financières qui vont avec. J’ai envie.

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>