Réclamation @77

En mai 2015, mon bailleur a voté une enveloppe budgétaire pour le remplacement de nos fenêtres. Il a lancé un appel d’offres, nous a présenté un projet puis a dénoncé l’appel d’offres courant 2016, l’entreprise choisie s’avérant défaillante sur d’autres chantiers. Mon bailleur relance la machine. Une autre société est choisie. Des ouvriers passent pour prendre les mesures. On visite un appartement-témoin. Les travaux seront réalisés durant l’hiver 2018 et… patatras ! Nouvelle défaillance. Nouvel appel d’offres en mars 2018 et… patatras ! En septembre, on apprend (par la rumeur) qu’aucune société n’est entrée dans le prix. Un appel d’offres va être relancé…
Notre amicale de locataires envoie un courrier à notre bailleur, avec copie à nos élus. Quelques semaines passent ; le silence est total. Que faire ? J’avais remarqué sur Twitter que certaines personnes que je suis interpellent des entreprises ou des administrations quand celles-ci dérogent à leurs obligations. L’idée me vient alors de me servir de mon tout jeune compte pour secouer le cocotier. Bien m’en a pris ! L’interpellation publique fonctionne et en dix jours, on passe de l’idée d’un quatrième appel d’offres à celle d’une rallonge budgétaire pour valider le troisième. Un an de gagné. Les travaux commencent dans quelques semaines… J’espère !
Je suis heureuse de cette issue mais particulièrement triste du moyen que j’ai dû utiliser. Mes élus sont dévoués, et ils l’ont encore été sur cette affaire, avec l’aide de quelques microbillets. J’aurais préféré que le mail suffise. Par archaïsme ? Peut-être. Aussi parce que je regrette que la réaction ne soit pas identique si l’interpellation est publique ou non. Cela ne vaut d’ailleurs pas que pour les élus. J’ai remarqué la même chose avec mon fournisseur d’électricité. Ma dernière réclamation en bonne et due forme n’avait finalement pas fonctionné. Un microbillet a suffi à engager une conversation sur Twitter, conversation qui a résolu mon problème et m’a valu un « geste commercial ».
Vous voyez ce qu’il vous reste à faire, camarades Hétéronautes ? Ouvrir un compte Twitter et taguer à gogo. Je parie ma carte d’électeur que cette manne démocratique arrive vite à saturation et qu’il faudra trouver un autre moyen de faire avancer ses réclamations quotidiennes. Les pigeons voyageurs ? Célius en rêve. Changer le monde ? Aussi.

2 commentaires pour Réclamation @77

  • vincent

    Les réclamation sur facebook, quand l’entreprise (par exemple) possède un compte, marchent aussi.
    A moins que cela soit déjà dépassé ?
    En tous cas, c’est effectivement désolant.
    Tout pour éviter la mauvaise publicité, n’indique pas selon moi, sincérité et honnêteté.
    Oui… enfin, normal, quoi.
    <3

    • Cécyle

      Oui, je trouve que sur Facebook, ça marche moins bien ! 😉

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>