À table ! @51

J’ai découvert cet été une appli qui permet de récupérer à prix modique les invendus des commerçants de mon quartier. Après une expérience négative chez un primeur (80 % des produits étaient irrécupérables), j’ai trouvé un primeur près de chez moi dont les produits sont à cuisiner dans les 24 heures mais avec peu de déchets, puis un autre, puis un boulanger. J’ai également testé un supermarché, me retrouvant à la tête de vingt-quatre œufs (environ ma consommation de deux mois) que fort heureusement j’ai pu partager avec deux voisines. J’ai aussi testé un restaurant au patron très avenant… et à la barquette de spaghetti ne valant pas les 5 euros demandés.
J’aime bien le concept. Il permet de faire des économies (quoi que vu comment je fais mes courses et que je partage mes paniers, ce n’est pas tant dit) mais surtout d’éviter que des aliments soient jetés, sauf pour certains restaurateurs qui, paraît-il, fabriquent exprès pour avoir des paniers. Cela m’a semblé être le cas de mes nouilles mais je ne peux évidemment pas le prouver. Et le concept marche bien, surtout pour les commerçants qui jouent le jeu.
Après quelques tentatives, je n’ai pas trouvé de panier les jours où j’étais disponible (il faut surtout se prévoir du temps pour cuisiner) ces quatre derniers mois mais les vacances ont été propices à m’y remettre. J’ai ainsi pu manger huit jours (plus des conserves de compote et de soupe) avec trois paniers de fruits et légumes (70 % de mon alimentation) et ce que j’avais dans mes placards et au congélateur. Budget 14 euros.
Je dois bien avouer que l’idée, la semaine de Noël, de manger à petit prix sur le dos de la société de consommation les poubelles de mes contemporains m’a beaucoup plu. Cela m’a un peu plus exclue de ce monde qui bouffe et bâfre sur le dos de la planète et fourni le plaisir de vivre en harmonie avec mes convictions, sans compromis. 14 euros ; ce n’est pas cher payé pour se sentir libre et fier. N’est-il pas ?

Note. Réflexion faite, le plus difficile, avec ces paniers, est de ne pas succomber à la tentation de les accumuler histoire de sauver plus de nourriture encore… quitte à en être saturé soi-même ! Foutue société de consommation ! Il est bien difficile de s’en départir.

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>