Résistance @14

Vous vous souvenez de ma-Jeanne ?
Sylvie Lekin, conseillère du 14e arrondissement en charge de la voirie, des déplacements et de la propreté s’en souvient autant que moi, et notamment de ses soucis de déplacement dans l’arrondissement. Monter et descendre les marches du métro lui étaient impossibles. Parcourir cinq cents mètres également. Sans carte d’invalidité à plus de 80 %, elle ne pouvait bénéficier de la PAM. Avec une retraite à mille euros, elle ne pouvait se payer un taxi. Jusqu’à ce qu’il plie sa voiture, Nono la dépannait quand elle devait aller à la mairie, au bureau d’aide sociale, ou faire des courses un peu plus loin que l’Atac.
Jeanine est morte. Mais il y a plein de Jeanine dans l’arrondissement, de ces personnes qui finalement ne réclament rien et créent leur propre réseau de solidarité faute de trouver dans le service public ce dont ils ont besoin. Ou elles s’en passent, négligeant les démarches administratives ou les soins jusqu’à y perdre l’essentiel. Ce n’est pas Cosette, c’est la vie, aussi à Paris, ville riche et plus accessible que d’autres.
Je connais bien Sylvie Lekin. Elle connaît beaucoup de Jeanine et celles qu’elle ne connaît pas, elle les entend quand même. C’est une élue dévouée, particulièrement proche des citoyens du 14e arrondissement, le genre qui crie un peu, dérange beaucoup, bosse énormément, aime les gens par-dessus tout. Alors elle a secoué le cocotier pour que la ligne de bus 59 emmène (entre autres) les habitants des quartiers sud (et populaires) de l’arrondissement à la mairie, au CCAS et jusque place d’Italie ou l’hôpital Percy (ou même Saint-Jo pour ceux qui ne peuvent prendre la 13), trajets impossibles à faire autrement qu’avec un changement de métro ou des bus un peu trop loin.
Mais voilà, il y a des personnes qui ont peur que les loups entrent dans leur rue. Pensez ! elle héberge déjà le CCAS, leur rue ! Faudrait pas que les manants puissent y accéder. Alors ils ont secoué leur cocotier, celui de cette droite réactionnaire et antisociale qui gouverne la région Île-de-France, arguant que la rue est étroite quand c’est leur vision du monde qui est bouchée. J’exagère ? C’est bien un argument « technique » qui est en cause. Voilà ce que l’un d’eux écrit sur un réseau social local :

« Modifier un itinéraire de bus avec plusieurs passages par jour pour qu’une Jeanine puisse se rendre au service social une ou deux fois par an …. Savez-vous qu’il existe un service d’aide à la mobilité pour les personnes en situation de handicap ? » [avec ce lien]

Je m’abstiens de tout commentaire.
Une pétition circule pour soutenir le tracé initial de la ligne 59 (ici).
Merci Sylvie. On va continuer à se battre.

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>