Kendo @44

Chaque année, autour du 15 octobre, je publie sur mon site un récapitulatif chiffré de mon année sportive : judo, dérouler et gym maison et maintenant square. J’aime bien noter ce que je fais ; cela me motive. Cela a aussi alimenté les Tableaux de bord de mes Feuillets. Au fil des ans, mon temps hebdomadaire à faire du sport a augmenté, le nombre de jours aussi. D’un objectif de cinq heures par semaine, je suis passée à six, puis sept… jusqu’à m’écrouler un peu cet été.
Pendant la canicule, je me suis levée à 6 heures pour profiter de la fraîcheur relative du matin, dormant mal, comme tout un chacun. J’ai accumulé une certaine fatigue et ai dû m’arrêter, sentant que mon corps ne suivait plus. Il faut dire que j’ai aussi un objectif de minimum une heure de marche quotidienne, heure qui est le plus souvent et demie, et passe rapidement à deux.
Isabelle, Sarah, Caddie, les Mouton et mon médecin se sont un peu ligués pour me faire comprendre que trop de sport peut tuer le sport. C’est dur de renoncer ; l’endorphine est une drogue dure. Je ne veux en outre pas prendre de poids et suis convaincue que l’activité physique est indispensable à mon équilibre. Reste à trouver la bonne dose. Les compteurs que j’avais mis en place (durée hebdomadaire, vitesse moyenne de course, moyenne sur l’année) continuaient à me motiver… me narguer ? Oui, c’est un peu ça ; je sentais qu’il fallait que je lève le pied mais les compteurs m’incitaient au contraire.
La solution a été finalement simple : les supprimer de ma feuille de calcul. Dit comme ça, c’est une évidence. En vrai, c’est dur de ne pas chercher à faire un temps, une durée ; de renoncer à aller au-delà pour laisser le corps dire ce dont il a besoin. Je retrouve là un axiome de mon éducation : l’inactivité est signe de flemmardise, le repos étant considéré comme du temps perdu ! Et j’y crois ! Ou je le crains, plutôt : je suis cossarde, je le sais ; et pourtant je m’ennuie vite. Il s’agit donc aujourd’hui de faire mon sport au grès de ce que mon corps et mon esprit réclament, pour le seul plaisir de l’effort et du repos à suivre.
J’y travaille.

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>