Bigleuse @91

Métro, boulot, dodoJe suis sur la ligne 6, assise sur un strapontin. Je lis Que Choisir, le nez dans mon journal (c’est écrit petit). J’entends.
— Bonjour, comment tu t’appelles ?
Une jeune femme est debout, prête à s’asseoir sur le strapontin à côté de moi. Je souris. Je comprends que cette femme est déficiente mentale.
— Bonjour… Excusez-moi, je lis.
Elle s’assoit. Je remets le nez dans mon journal.
— Bonjour, comment tu t’appelles ?
Je relève la tête.
— Excusez-moi, je lis.
Je remets le nez dans mon journal.
— Bonjour, comment tu t’appelles ?
Je ne réponds pas. Je n’ai pas envie d’engager une conversation avec elle. Elle répète sa phase encore deux fois. Puis.
— Qu’est-ce que tu lis ?
Je ne réponds pas. Une femme debout à ses côtés lui parle. Je comprends qu’elle l’accompagne. Je lève la tête. Je souris. Je remets le nez dans mon journal.
— Bonjour, comment tu t’appelles ?
Je ne bouge pas.
— Laisse tomber !
La voix n’est pas aimable. Je lève de nouveau le nez. La femme debout me considère avec une grande réprobation. Je l’imagine déjà en train de raconter que les gens ne sont vraiment pas à l’écoute des personnes déficientes mentales, qu’elles n’ont que du mépris pour elles, même pas capables de répondre à leur « Bonjour, comment tu t’appelles ? » J’imagine… et je revendique le droit de ne pas avoir envie de répondre, juste pas envie. Est-ce du mépris ? De l’indifférence ? Du rejet ?
Je vous laisse la réponse.

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>