Ailleurs @33

Les Mouton, c’était vraiment super la rando que vous avez préparée. C’était chouette de croiser les copains et copaines. Bon, parfois, certains m’ont aboyée un peu fort dessus. Une fois d’ailleurs sa maîtresse est venue me dire qu’il était gentil quand même. Elle m’a conseillé de plutôt me méfier des vaches dans le prochain pré, d’autant que ce ne sont pas des vaches à lait, mais à via… euh, rien, oubliez ! Il fallait juste que je passe très loin d’elles.
C’était un champ très grand avec un troupeau au milieu et il n’était pas facile de trouver la suite du chemin. J’ai donc passé beaucoup de temps à les contourner d’un côté, de l’autre, puis encore du premier, puis il a fallu que je me décide, sous le regard bienveillant des chevaux d’à côté.
Bref, ben, quand même, il faut que je vous dise… J’ai attendu longtemps, mais quand même, avec toutes les précautions possibles, je vous l’annonce : je me suis fait courser par deux vaches. Ce n’était pas vraiment pour me faire un bisou, plutôt dans le genre énervé. Grâce à la disposition du terrain, elles se sont arrêtées un peu loin et j’ai opéré une descente exceptionnelle en terre pentue défoncée. Faut pas leur en vouloir, mais je n’étais pas fière de cet assaut.

5 commentaires pour Ailleurs @33

  • Cécyle

    Je me suis fait courser par une vache à Chazeuil, il y a très très longtemps ; j’ai dû plonger sous le barbelé pour m’en sortir. Pas de coup de cornes ; mais je connais la morsure du barbelé ! 😉

    • vincent

      Cela me rappelle un petit peu un morceau d’histoire 🙂
      Mais c’était un taureau je crois. 🙂

      • Cécyle

        Oui, Vincent. Un taureau. Mais la petite fille avait la sagesse de rester cachée ! 😉 C’est la grande fille qui a eu maille à partir avec une vache.

  • vincent

    En principe, avec les vaches, il suffit de leur crier dessus et de faire de grand geste, genre, monter qui commande quoi.
    Après tout, elles n’attaquent pas le fermier.
    Cela étant, bien que ne vie en campagne et que je côtoie presque les vaches tous les jours… je reste généralement derrière les barrières. Quand je me suis retrouvé un jours dans un pré en leur compagnie et qu’elles s’attroupaient vers moi, j’en menais pas large !
    Je me fie aux principes… surtout, au principe de précaution ! lol
    (note : il semblerait que sur le net, on recommande plutôt de faire le mort… heu…)

    • Isabelle

      C’est que j’ai pas mal tournicoté dans ce grand pré, en restant loin comme je pouvais car il y avait des veaux, donc plus de risques d’être mal venue. J’avoue que je n’ai pas pensé à crier ou à faire de grands gestes en voyant arriver à la course les deux belles bêtes. Juste descendre dans une pente où elle ne pourrait pas courir. Et les regarder en bas en me disant que c’est bien elles qui commandaient…
      Vincent, passez le bonjour aux vaches pour moi, ce sont tout de même des copaiiiiiiines. 😉

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>