Ailleurs @31

Vous connaissez le tube de l’été ? Dès fin juin, la question revient, inlassablement : « Tu pars en vacances ? » ou pire encore « Tu pars quand-où en vacances ? » Je cherche depuis longtemps la bonne réponse. Cette année, je commence par un laconique « non ».
— Non ?
— Aller où ? Avec qui ?
En général, ça décoiffe ! Mes interlocuteurs, la plupart ayant de l’affection pour moi, arborent un sourire désolé, peiné même. On me propose alors d’aller dans ma famille, ou d’aller quelque part, seule. Je souris à la première proposition sans plus de commentaires ; pour la seconde, j’explique que me transplanter quelque part me demande une longue période d’adaptation, forcément stressante. J’ajoute parfois que je ne fais plus de tourisme.
— Tu restes à Paris alors ?
— Oui, je profite du calme estival.
Voilà mes interlocuteurs rassurés même si je les sens rarement convaincus. Je profite donc, avec en point de mire, le refrain de rentrée…
— Tu as passé de bonnes vacances ?
Il me reste trois semaines pour trouver une réponse qui dépote !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.