Agit-Prop’ @24

Cet été, un clip tourné au Louvre a suscité de nombreux commentaires. Beyonce et Jay-Z, sous leur nom marital de Carters, ont produit une vidéo de plus de six minutes mêlant le musée et des œuvres vedettes ou moins connues sur une chorégraphie de Sidi Larbi Cherkaoui.
Pour avoir vécu au Louvre plusieurs événements avec des artistes, essentiellement des intellectuels blancs d’un entre-soi parisien, j’ai été frappée par la portée politique de ce clip. Deux artistes noirs, rappeurs, très populaires se sont invités dans « le plus grand musée du monde ». Ils chantent dans les lieux emblématiques et devant des chefs-d’œuvre. Des femmes noires dansent devant Le sacre de Napoléon, une femme noire coiffe un homme noir aux cheveux crépus devant la Joconde, des danseurs noirs et blancs investissement les devants du Sphinx et l’escalier de La victoire de Samothrace… Cet hommage aux œuvres comme le plaisir et la fierté de Beyonce et Jay-Z d’être au musée transpirent et me touchent.
Même si les messages les plus politiques comme la référence à Napoléon et l’esclavage ne sont pas parlants pour tout le monde, les symboles sont évidents. Les images tournées hors musée, comme ces jeunes hommes noirs dans des halls d’immeuble, ont aussi une portée politique, en me faisant penser à la loi sur l’occupation des halls d’immeuble. Une femme et un homme noirs, populaires, montrent à leur public qu’ils ont pu s’approprier le musée, y danser, y chanter, y rapper. Ils ont leur place dans le lieu le plus symbolique de la culture occidentale.
Beyonce chante :

« I can’t believe we made it (this is what we made, made)
« This is what we’re thankful (this is what we thank, thank) »

« Je ne peux pas croire que nous l’ayons fait (c’est ce que nous avons fait, fait)
« C’est ce dont nous sommes reconnaissants (c’est ce dont nous avons remercions, remercions) »

Cela me touche énormément. Je pense à des gamins de par le monde, victimes de racisme au quotidien, pouvant par un clip être fiers d’être noirs.
Le Louvre n’est pas l’initiateur de cette production artistique, mais il en tirera les bénéfices. Enfin un vrai outil de médiation culturelle à grande portée. Beyonce et Jay-Z l’ont fait, je leur en suis reconnaissante.

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>