Charité @21

La responsable du service adoption du département de Seine-Maritime a déclaré à France Bleue Normandie « Les couples homosexuels ne sont pas exclus mais ils ne sont pas prioritaires ». Ces couples sont « eux-mêmes un peu atypiques par rapport à la norme sociale mais aussi la norme biologique [donc il faut que] leur projet supporte des profils d’enfants atypiques, un enfant dont personne ne veut. » (ici).  L’information a largement été diffusée, commentée, et des actions administratives et judiciaires pour discriminations envers les couples homosexuels sont en cours.
Très bien.
Mais, au fait, qui sont ces « enfants atypiques » ? Il faut chercher un peu pour trouver des articles les définissant clairement ; et encore, la vérité sort de la bouche des parents : « On nous a dit que, pour avoir une chance, nous devions nous préparer à accueillir un enfant à besoins spécifiques, c’est-à-dire grand ou avec un problème de santé, un handicap. » ().
Et qui s’en est indigné ? Mais s’indigner de quoi, voyons ? S’indigner du fait qu’il apparaît normal à tous qu’un enfant handicapé ou malade soit défini par son handicap et sa maladie en ce qu’ils génèrent des « besoins spécifiques » et non par ce qu’ils sont avant tout, i.e. des enfants, vous savez, des êtres humains à peu près comme les autres ? Quels enfants n’ont pas de « besoins spécifiques » ? Tous les enfants sont-ils définitivement les parents pauvres de l’adoption, considérés comme des marchandises déjà en circulation que l’on se refile avec l’espoir que l’on n’a pas hérité du mauvais numéro ?
Eh bien, je m’indigne, en tant qu’enfant « atypique à besoins spécifiques » car il me semble que, dans l’affaire, ces enfants sont autant victimes de discrimination et de stigmatisation que les homos parents. J’aurais aimé que les associations homoparentales et tous les acteurs de la lutte contre les discriminations s’indignent de la manière dont ces enfants sont déconsidérés. Et les associations de personnes handicapées également. Je n’ai rien entendu de tel.
Ce silence collectif est coupable. Il m’indigne et me blesse. Quelqu’un va-t-il le rompre ?

4 commentaires pour Charité @21

  • vincent

    Et bien, pour le rompre, il y a déjà vous 🙂
    En attendant, je n’avais pas eu connaissance de cette déclaration.
    Je ne suis pas facilement scandalisé, mais ici, je n’arrive tout simplement pas à y croire.
    Cette déclaration est une abomination, tant pour les parents que pour les enfants.
    Demain, des enfants diront à l’école à leur camarades adoptés par des parents gays : « Tu n’es pas normal. C’est quoi ton problème à toi ? »
    🙁
    🙁
    🙁

    • Cécyle

      Je crains de manquer d’audience pour que ma voix porte loin ! Mais cela ne m’empêchera jamais de m’indigner, je vous rassure ! 😉

      • Isabelle

        Atypique pourtant c’est un compliment, non ?

        • Cécyle

          Oui, en effet ! 😉 Mais uniquement quand c’est Petit Mouton et ses copaiiiins qui le disent ; les autres, z’ont pas d’amour dans le cœur, que de la pierre normative (moins sympa que la pierre philosophale, c’est connu !)

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>