Hétéronomie @22

L’ouvrage de Loïc Wacquant, Les prisons de la misère, est une vraie claque intellectuelle par sa démonstration intelligente et étayée de la criminalisation de la pauvreté. L’extrait ci-dessous, propre à figurer dans cette catégorie « Hétéronomie », ne rend pas pleinement justice à la force de ce texte. J’invite tous ceux qui s’interrogent sur les dérives sécuritaires à se plonger dans cette analyse du glissement de « l’État social » à « l’État pénal ». C’est glaçant, d’autant plus que c’est une réalité dont l’évolution depuis la parution de l’ouvrage ne s’est pas démentie.
Dans ce passage, Loïc Wacquant évoque les rapports publiés par des chercheurs pour conforter des politiques répressives sans se fonder sur des recherches étayées.
« Ces rapports sont fondés sur le contrat (de dupes) qui suit : en contrepartie d’une notoriété médiatique fugace – qu’elle s’emploiera à monnayer en prébendes et privilèges académiques dans les secteurs les plus hétéronomes du champ universitaire –, le chercheur sollicité accepte d’abjurer son autonomie intellectuelle, c’est-à-dire sa capacité à poser la question considérée en termes proprement scientifiques, selon les canons de sa discipline, ce qui requiert par définition de rompre avec la définition officielle du « problème social » assigné et en particulier d’analyser sa préconstruction politique, administrative et journalistique. »

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>