Régis @21

Depuis quelque temps, deux mois peut-être, les deux locomotives qui sont au point de triangulation avaient disparu. J’en étais affectée, forcément. Et puis, alors que je me baladais rue Castagnary le long des voies en surplomb, je lève la tête et m’écrie :
— Ah ! vous voilà !
Il y avait en effet là deux locomotives. Les mêmes ? Je suis bien sûr incapable de le dire mais j’avais retrouvé mes locos. Dans la fraction de seconde qui a suivi mon exclamation joyeuse, j’entends.
— Oui, je… On se connaît ?
Une femme était là, sur ma droite, arrêtée. Aussitôt, je comprends qu’elle m’a croisée alors que je m’exclamais « Ah ! vous voilà. » en me tournant sur ma droite, justement, et l’a légitimement pris pour elle. Je m’excuse sitôt, lui expliquant que j’avais perdu de vue les locos côté rue Alain et que je les retrouvais là, d’où mon expression. Elle me regarde surprise de mon explication sans pour autant en prendre ombrage.
— Très bien, très bien… J’ai pensé que l’on se connaissait et je ne vous remettais pas.
Je m’excuse encore. Elle s’éloigne. Quant à mes locos, elles sont revenues fin mai au point de triangulation. Les voilà !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.