Kendo @43

Johnny, mon champion, a participé aux championnats de Paris le 24 mars dernier. Il s’agissait pour lui de se qualifier pour les championnats régionaux, en vue des championnats de France. Romuald assure son coaching… sauf qu’il a eu un souci de vélo. Je me suis donc retrouvée sur la chaise, à côté du tatami, devant motiver Johnny à chaque pause, lui donner des conseils.
Conscient que je ne voyais pas trop ce qui se passe sur le tatami, même à trois mètres, il m’avait donné des consignes à réciter en boucle : « Les mains ! » ; « Concentration ! » ; « Déplace ! » ; « Fixe et attaque ! » Il y avait aussi un ordre magique en cas de coup de mou (je ne vous dis pas lequel, c’est secret). À chaque pause, je le voyais se tourner vers moi. Je me sentais d’une impuissance totale mais j’y ai mis le ton.
— Les mains, Johnny ! Les mains. Concentration…
Selon la longueur de la pause, j’en casais plus ou moins.
Un moment, j’ai vu qu’il faisait chuter son adversaire sur le côté. Waza-ari (soit un point qui marquait l’avantage) ? L’arbitre a levé la main du côté de son adversaire ; me serais-je trompée ? Le combat a continué ainsi. J’étais apeurée sur ma chaise à l’idée de mal faire ; je voulais l’encourager, le porter même ! C’est long un combat de quatre minutes, avec des interruptions ! Pause. Johnny s’est mis face à son adversaire.
— Concentration ! Johnny ! Déplace, déplace !
L’arbitre s’est placé entre les deux combattants et a désigné Johnny vainqueur en levant le bras. Ils se sont salués.
Avais-je raté quelque chose ?
Oui, juste la fin du combat !
Et que le waza-ari était bien pour lui.
Sore-made !

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>