Paris @46

J’ai trouvé dans ma boîte aux lettres une feuille libre m’invitant à rejoindre un réseau social local, avec un « code » permettant de certifier que j’habitais bien le quartier. Intriguée, je me suis inscrite. J’en ai parlé à Pierre, plus au fait que moi de ce genre d’outil. Il a fait la moue, commentant « Il s’en monte un tous les deux ans et ça fait flop. » Il m’a également invitée à préserver mon anonymat ; j’avais mis mon nom, et ma ceinture de judo en photo. Je les ai laissés.
J’ai mis une première annonce pour demander qui connaissait un kiné du sport ; j’ai eu une quinzaine de réponses. Sympa. Puis j’ai annoncé une réunion du jardin partagé, une autre de mon amicale de locataires. Je me suis mêlée de conversations sur la recherche d’un médecin, la réparation d’un ordinateur, une distribution gratuite de livres… Les échanges sont cordiaux. Les quartiers sont petits et communiquent entre eux comme ils veulent. J’aime bien.
Un de mes voisins (un quartier d’à côté) a lancé une invitation pour un Gala de boxe. Son texte était avenant. J’ai proposé à Danielle et à Isabelle. J’ai répondu que je viendrais. Jamais je n’aurais eu l’idée d’assister à un gala de boxe ! Mais là, un jeune homme du quartier le proposait et, à l’occasion d’une relance qu’il a faite, on a parlé corde à sauter. Il m’a encouragée à m’y mettre, avec quelques conseils. Johnny m’a aidée. J’ai fait quatre fois 30 secondes, puis 45 secondes. Il faut que je recommence.
Et nous sommes allées à ce gala.
Nous sommes restées six combats. Nous ne voulions pas rentrer tard sinon, nous serions volontiers restées plus. L’ambiance au gymnase Didot valait bien celle du Madison square garden ( si si !) et force est de constater que nous nous sommes régalées ! En sortant, j’ai demandé au gars à l’entrée s’il connaissait ce jeune homme qui avait lancé l’invitation.
— Bien sûr ! Il fait l’avant-dernier combat.
Je n’avais pas lu l’affiche… il est dessus ! Je lui ai mis un mot en rentrant. Il m’a répondu dans la nuit qu’il avait gagné ! J’en étais toute fière et heureuse pour lui. Et j’espère rencontrer un jour ce jeune champion. Je l’ai invité à faire du judo. Qui sait si je ne ferai pas un jour de la boxe ? Je gage en tout cas que Pierre avait définitivement tort et que ce réseau vivra (même Le Monde en parle !) Pour l’instant, c’est vraiment trop plein de vie comme j’aime pour que je m’en passe… avant que cela ne devienne trop commercial ? C’est le risque si l’on se laisse dépasser par les professionnels. Suspens.

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>