Extravagance parisienne @40

La vidéosurveillance (rebaptisée par communication politique vidéoprotection) est de plus en plus fréquente. Parfois, elle se niche dans des endroits inattendus. Ainsi, dans un salon de coiffure qui affiche l’information dans une optique commerciale et non seulement dans le cadre de l’affichage obligatoire. Sur la porte vitrée, il est annoncé : « Salon climatisé et sous vidéo surveillance ».
Quel est le but de cette annonce ? En quoi est-ce commercialement pertinent de mettre sur le même plan les deux faits ? S’agit-il d’être dissuasif des vols ? de s’assurer qu’il n’y a pas de gestes déplacés ? Mystère.

11 réflexions sur « Extravagance parisienne @40 »

  1. vincent

    Ou comment faire d’une obligation (on peut être obligé de plus d’une façon : ordre autoritaire … persuasion de l’assureur…) un argument de vente.
    C’est sécu(rit)laire…
    😀

    Répondre
  2. vincent

    Tiens. Ca me fait penser à un livre dont j’ai terminé la lecture il y a une dizaine de jours.
    Avec tout un immeuble qui était *ravi* d’obtenir une surveillance caméra, à l’exception de deux ou trois personnes un peu vigilantes. Semblant que ça cachait de nombreuse défaillances de la société de gestion.
    C’était présenté, et perçu majoritairement, comme un argument positif 🙂
    Je crois que le titre finissait par « rose »… 🙂
    Le livre quand à lui, avait une très belle fin 😀

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.