Fenêtres @18

Courant novembre, alors que les frimas commençaient à rafraîchir nos intérieurs, j’ai eu la sensation que le sol, chez moi, était particulièrement froid. J’habite au cinquième. Aurais-je perdu ma voisine du dessous ? Renseignement pris auprès de mon gardien, l’appartement était en effet libre depuis fin juin après quelques menus travaux. Une visite avait eu lieu en septembre, puis plus rien.
Je me suis donc tournée vers la mairie, considérant que le délai était déjà long et que tout le monde aurait à gagner à ce que l’appartement en question soit occupé, la personne qui y serait logée, et moi qui récupérerais un peu de chauffage par le sol. La première réponse que j’ai obtenue d’un maire adjoint à la maire du 14e était que l’appartement servait à l’entreprise qui allait changer nos fenêtres. Perdu ! C’était celui du deuxième qui était réservé à cela. La seconde réponse indiquait que cet appartement également. Perdu ! Il était réservé sur un contingent autre que celui de mon bailleur.
À la troisième réponse, il m’a enfin été dit que ce logement relevait du contingent « Accords collectifs », un dispositif particulier piloté par le préfet et la maire permettant de loger en urgence des personnes en grande difficulté. En urgence ? Depuis le mois de juin ? Cela tombait ben : mon interlocuteur me précise que justement une commission se réunit le surlendemain. Quelle heureuse coïncidence !
Un mois passe. Mon gardien m’informe qu’une personne a signé le bail. Enfin ! Je fais un mail à mon interlocuteur pour me réjouir de l’arrivée de cette personne tout en m’indignant du délai de sept mois entre la vacance du logement et sa nouvelle location. Je vous passe nos échanges, aussi vifs que nourris, mon interlocuteur ayant décidé de ne pas considérer ce délai comme de l’ordre du dysfonctionnement, imputant la faute au bailleur (qui n’y était pour rien), puis au dispositif, puis à la fatalité…
Mais pourquoi faut-il qu’il y ait encore des élus pour prendre leurs concitoyens pour des imbéciles qui avalent tout cru les fausses justifications et autres défilades ? Quand ma voix a participé à leur élection, cela m’agace encore plus (et mon interlocuteur a reçu quelques avoinées en conséquence). Je rêve d’un monde où nos élus prennent leurs responsabilités même s’ils ne sont pas personnellement en cause dans un dysfonctionnement : reconnaître l’existence d’un problème ; poser les tenants et les aboutissants sur la table ; tenter d’y remédier ; dire que l’on n’y est pas arrivé si c’est le cas.
Je connais des élus qui travaillent ainsi. Dommage que d’autres gâchent leur engagement et encouragent ainsi les discours populistes antidémocratiques !

2 commentaires pour Fenêtres @18

  • lekin

    le parler vrai de MICHEL ROCARD!!
    Eh oui cela peut être bien, les citoyens (et j ‘en fais partie) sont comme les enfants quand on leur explique ils comprennent !!!
    je ne supporte pas les éléments de langage.

    • Cécyle

      Michel Rocard ? Tu vas me fâcher ! 😉
      Il va sans dire que tu fais partie des élus qui savent communiquer.
      (j’ai rassemblé tes deux commentaires)

Laisser un commentaire sur Cécyle

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>