Cliché @13

Que Choisir de septembre 2017 nous propose un article qui s’annonce croustillant sur les ratés de Chronopost : « Chronopost a ses journées portes ouvertes » ; « Anne avait oublié son sac à main chez sa mère », dit le chapeau, « (…) elle n’a jamais reçu le colis, perdu dans des circonstances abracadabrantes ! ». Je me frotte les mains et attaque joyeusement la lecture de l’article ; j’adore les histoires à rebondissement où la société de consommation se perd dans sa propre inefficacité. Première phrase.

« L’angoisse des femmes : perdre leur sac à main ! »

Et ma main qui se perd dans ta gueule, elle t’angoisse, cher rédacteur de Que choisir ?
Excusez-moi, c’est la première réaction qui m’est venue. Ce n’est pas la première fois que je relève des propos ou illustrations sexistes dans ce magazine que j’affectionne mais, là, on touche le pompon (et l’on a envie de couper la queue du Mickey) ! Pourquoi cette phrase totalement inutile à l’article, qui parle ensuite du contenu du sac, renvoyé par Chronopost et perdu ? Par sexisme ordinaire, banal, qui entretient les clichés et la domination masculine ? Je ne vois pas d’autre explication. J’en suis affligée.
Je remarque que l’article est signé avec en prime le mail du rédacteur en question (un homme, bien sûr). Je me ferai un plaisir de lui envoyer ce billet ; je vous dirai s’il me répond.

2 commentaires pour Cliché @13

  • vincent

    😀
    Cela ferait une belle chanson : « Et ma main qui se perd … » 🙂
    Mais vous ne pouvez mettre à exécution, avec votre ceinture noire :'(

    • Cécyle

      Ah ! les lois du contrôle propres au judo 😉 Ma ceinture serait pourtant parfaite pour en étrangler quelques-uns ! Allez, je vais garder l’écriture comme arme fatale ; les dégâts sont mesurés ! 😉

Envoyer un commentaire

 

 

 

Vous pouvez utiliser ces balises HTML

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>