Incyclicité @27

En pleine journée, j’attends quelqu’un devant un magasin en écoutant de la musique quand, à deux mètres de moi, je vois un homme se tenir contre un véhicule de chantier garé à deux pas, en me tournant le dos et uriner. Quand il se retourne, je le regarde d’un sale œil au point qu’il commence à m’apostropher pour se justifier. Il a un appareil auditif et des difficultés à s’exprimer, montant très vite tout seul dans les aigus. Je réponds à peine, soulignant qu’il y a une sanisette à moins de cent mètres. Il argumente tout seul qu’il s’est soulagé là parce qu’il est fatigué, malade, qu’il n’a pas touché la voiture… et, ultime argument, que les chiens pissent bien dans la rue.
Comme je l’envoie balader en lui rappelant que c’est 68€ d’amende et sale, il part à toute allure. À quelques mètres, il apostrophe une de ses voisines pour s’emporter que j’ai osé lui faire des reproches alors que ce n’est pas sa faute. La fatigue semble s’être envolée.
En revanche, ma colère est restée un temps, colère de tant de mauvaise foi et de manque total de respect pour les autres. Je suis prête pour la lutte contre les incivilités, mon nouveau boulot !

1 réflexion sur « Incyclicité @27 »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.